MONT-ROYAL OUTREMONT, ABONNÉ AU SUCCÈS

FREDERICO MOOJEN

Les Griffons de Mont-Royal Outremont, dans les quatre dernières années seulement, ce sont trois titres de Championnat, une Coupe PLSQ et une Coupe interprovinciale. Et c’est aussi le meilleur buteur de la ligue depuis cinq ans. Autant dire que le Dynamo de Québec se frottera ce dimanche, au Complexe Honco de Lévis à 16h, à une redoutable machine de soccer pour le premier match de son histoire.

Dirigé de mains de maître par l’excellent entraîneur Luc Brutus, le CSMRO fait peur. Avec cette armoire pleine à craquer d’argenterie à exposer, le pilote montréalais pourrait se claquer les bretelles sur les épaules, mais ce serait bien mal le connaître.

« Nos succès, on les doit à l’organisation qui traite bien ses joueurs et son personnel. De mon côté, je n’ai qu’à préparer ma troupe et m’assurer qu’ils soient prêts à débuter le match dès la première minute », assure celui qui a remporté le titre d’entraîneur de l’année en PLSQ en 2013.

Les objectifs du CSMRO sont toujours très élevés. La saison 2017 n’est pas étrangère. Le club vise encore une fois le championnat, avec, au final, la chance d’intégrer le tournoi du Championnat canadien Amway de 2018 et d’ainsi se mesurer aux puissances canadiennes de la MLS (Toronto, Montréal, Vancouver).

Le lancement de la saison a par contre été peu reluisant. Une défaite sèche de 3-1 aux dépens du FC Lanaudière, porté par un soccer de transition rapide. Mais Brutus n’est pas homme à s’en faire pour un seul match, surtout en début de calendrier.

« Je crois que nous n’avons jamais gagné notre premier match. Je ne vais pas commencer à m’inquiéter. Notre groupe de joueurs est expérimenté et les solutions vont venir d’elles- mêmes. L’histoire se répète on dirait. On débute toujours lentement. »

« Le déplacement vers Québec fera du bien en ce sens. On pourra se regrouper et trouver des stratégies. Mais si nous venons humblement – Québec aura une très belle équipe – nous ne viendrons pas non plus en touriste, balance l’entraîneur. Nous irons là-bas dans le but de nous imposer, de contrôler le jeu et de repartir avec les trois points. »

S’il admet ne pas tout savoir du Dynamo, Brutus affirme compter sur un groupe qui peut s’adapter. « L’expérience aide beaucoup dans les moments d’incertitude, comme devant une nouvelle équipe. Les gars ont la maturité nécessaire pour s’adapter. On peut ralentir le jeu, l’accélérer, jouer ballon aux pieds ou balancer vers l’avant. C’est sûrement ce qui fait notre force », avance-t-il.

Un buteur en or

Si l’effectif de Mont-Royal Outremont bourdonne de joueurs établis et talentueux, alliant la fougue de la jeunesse à la sagesse de l’expérience, un nom sort du lot, attirant tous les regards vers lui : Frederico Moojen, Soulier d’or (meilleur buteur) des cinq premières saisons du jeune circuit québécois.

Le numéro 9 outremontais est un véritable renard des surfaces, prêt à surgir de n’importe où, sans qu’on ne l’attende, pour faire vibrer les cordages des filets adverses. Sans être le meilleur technicien ou l’attaquant le plus rapide, il semble toujours se trouver au bon endroit, au bon moment. Un peu à la manière d’un Marco Di Vaio à ses belles années avec l’Impact.

« Pour moi, c’est toujours la même chose, répond Moojen lorsque questionné sur la pression qu’il pourrait ressentir à la suite de ses succès. Je suis un attaquant et j’ai un travail à faire. Je dois marquer. Je veux toujours marquer en fait. Il suffit de travailler. »

Le Canado-Brésilien passe toutes ses années crampons aux pieds. S’il revient à chaque été dans la famille du CSMRO, il passe aussi ses hivers dans la Major Arena Soccer League (MASL), un circuit américain de soccer intérieur.

« Je dirais que le niveau de jeu y est plus élevé qu’en PLSQ. Tous les joueurs sont très bons avec le ballon. Et puis on s’entraîne à chaque jour, c’est vraiment professionnel. Ça doit paraître quand la saison de la PLSQ commence. Je suis déjà prêt au premier coup de sifflet », assure celui qui portait l’uniforme du Tropics de la Floride l’an dernier.

Tout de même déçu du résultat du premier match, Moojen ne s’en fait pas outre mesure et attend le duel face au Dynamo avec impatience. « Ce n’est que le premier match, il ne sert à rien de paniquer. C’est maintenant derrière nous et il faut regarder vers l’avant. C’est une question d’ajustements, lance-t-il, sûr de lui. Ce match contre le Dynamo, il faut l’aborder sérieusement. Nous savons qu’ils seront bien organisés. Ils peuvent compter sur de très bons joueurs, certains avec un bon bagage d’expérience. Ce sera un bon duel! »

 

 

Événements à venir

Social

Commanditaires

Centre commercial Wilderton
ARS Lac St-Louis
Ville de Mont-Royal
Équipe Lefrançois
Arrondissement d'Outremont
Globex
École de soccer Kyt
Kinatex
Autobus La Québecoise
Pizza Pizza
Saputo
Uniprix
Fana
Prisma
BMO
Legea